En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. Cliquez ici pour en savoir plus.


en indiquant votre adresse mail ci-dessus, vous consentez à recevoir nos propositions commerciales par voie électronique.

TABLEAUX ANCIENS, OBJETS D'ART & MOBILIER

Retour

VENTE DU lundi 17 juin 2019


MARINE, TABLEAUX, ORFÈVRERIE, MOBILIER, OBJETS D'ART
PROVENANT D'UNE PROPRIÉTÉ NORMANDE ET À DIVERS


Les œuvres d'art qui seront présentées lundi 17 juin à 14 h à Rennes Enchères par Maître Carole Jézéquel et ses experts proviennent d'une belle demeure de Normandie et d'autres lieux. Elles en ont constitué l'ornement, elles en ont fait le charme et le cachet : tableaux et objets de marine (N°1 à 37), tableaux anciens et XIXe (N° 38 à 64), pièces d'orfèvrerie (N° 65 à 110), mobilier XVIIe, XVIIIe et XIXe (N° 111 à 164), arts d'Asie (N° 228 à 247), céramiques (N°248 à 266), verreries (N° 267 à 276), sculptures (N°277 à 276), tapis. Puissent-elles retrouver un décor à leur mesure, attirer le regard, susciter l'émotion et revivre !


MARINE


34 ADAM Edouard, père (1847-1929)
Nommé peintre officiel de la Marine en 1885

Portrait d'un cargo mixte anglais. Il navigue à la vapeur dans une mer formée. Huile sur toile. Signée « Ed.Adam », située au « Havre » et datée 1884. 62x92 cm. Restaurations dont rentoilage. cadre, large baguette en bois naturel, contemporain. 2000 / 2400 €.


35 ADAM Edouard, père

Portrait d'un trois-mâts suédois
Huile sur toile. 61x91 cm. Restaurations dont rentoilage. 2000 / 2400 €


36 BLANDIN Etienne (1903-1991)
Peintre officiel de la Marine (1934)
Trois-mâts carré, vu par son travers, naviguant bâbord amure. La mer est praticable, le vent est moyen, ils ont envoyé la toile. Huile sur panneau. Signée à l'ancre de marine en bas à droite « Etienne Blandin ». 65 x100 cm. Baguette d'encadrement en bois mouluré et doré. 1800 / 2500 €


Le corps des peintres de la Marine remonte au XVIIe siècle. La Monarchie de Juillet l'officialise avec l'inscription dans l'Annuaire de la Marine de 1830 de Louis-Philippe Crépin (1772-1851) et de Théodore Gudin (1802-1880). Aujourd'hui, le titre de peintre officiel de la Marine est accordé par le Ministre de la Défense aux artistes qui consacrent leur talent à la mer, à la Marine nationale et aux gens de mer : peintres, mais aussi sculpteurs, photographes, cinéastes… Ces artistes ont le privilège de s'embarquer à bord des navires de la Marine nationale, de porter l'uniforme et d'accompagner leur signature d'une ancre de marine. Habiles à saisir les nuances du ciel et de la mer, dans la lumière de l'instant, par tous les temps et sous toutes les latitudes, les peintres ont retracé les grandes heures de la marine à voile, à vapeur et à moteur. A terre, ils ont peint les paysages côtiers, recréé l'animation des ports de pêche ou de guerre avec force détails sur la vie des marins ! Sans oublier les « portraits de bateaux » commandés par les armateurs.

81 Grand plat à venaison
en métal argenté, France, XVIIe siècle
De forme circulaire, le bord à large moulure galbée, rivetée selon la technique de l'époque. Armoiries gravées au centre, dans un écu ovale timbré d'un heaume taré de face à cinq houppes assorti de lambrequins : « d'azur à trois larmes d'argent » (Pupil de Craponne).
Réargenté - Diam : 54,5cm. 1800 / 2500 €



Parmi les membres de cette illustre et richissime famille lyonnaise, citons Jean Pupil de Craponne, né en 1636, gentilhomme de la Grande écurie du Roi, marchand bourgeois lyonnais, fils de Claude Pupil de Myons, marchand ferratier à Saint-Etienne et secrétaire du roi (1679) et d'Agathe de Craponne. Le musée des Beaux-Arts de Grenoble possède un portrait de ce gentilhomme peint en 1708 par Nicolas de Largillière (1656-1746).

La venaison désigne la chair de grand gibier : cerf, chevreuil, daim, sanglier. Son traitement sur le lieu de la chasse ou dans la loge de chasse exige le plus grand soin : examen et pesée de l'animal pour mesurer son état de santé, éviscération rapide (dans les deux heures suivant le tir), dépouillage de l'animal, suspendu de préférence, puis découpe sur un plateau de marbre pour la distribution aux chasseurs. D'où la nécessité de disposer de plats de grand diamètre (entre 54 et 56 cm) pour déposer les cuissots de cerf, de chevreuil ou de sanglier.

Le plat dit « à venaison » apparait au XVIIe. En étain, en argent, ou en laiton argenté, de forme circulaire, il est reconnaissable à son large marli cerné d'une moulure. Il est gravé en son centre des armoiries du propriétaire du domaine de chasse.


MOBILIER

156 Cabinet flamand
en placage d'ébène et bois noirci, moulures redorées. Il ouvre à deux portes dévoilant dix tiroirs (dont deux doubles) et un portillon. Le revers des portes est décoré pour l'une d'un musicien, pour l'autre d'une fileuse. Les tiroirs figurent des paysages, des volatiles et un Cupidon. Le dessus s'ouvre sur une cache avec deux panneaux peints encadrant un miroir. XVIIe siècle (manques, reprises aux caissons et à la peinture).
Haut.50cm - Larg.56.5cm - Prof.31.5 cm. 2000 / 3000 €


Mazarin possédait plus de vingt cabinets ! C'est dire si ces petits meubles au décor raffiné étaient appréciés à la Cour de France ! Ils étaient très recherchés par les collectionneurs et les femmes. Leurs nombreux tiroirs et cachettes recelaient médailles, pièces d'or, bijoux et colifichets...
Exécutés avec soin, ils témoignent du savoir-faire des ébénistes. Bois et matières précieuses, choisis pour créer des jeux de couleurs, se marient toujours joliment : ébène ou bois noirci, ivoire, écaille rouge, pierres dures…
Les cabinets flamands se reconnaissent à leurs panneaux peints : motifs floraux, paysages, scènes mythologiques ou compositions ayant trait à l'amour et au mariage. Au centre du cabinet présenté par Rennes Enchères, Cupidon armé de son arc ne fait aucun doute sur les intentions de l'élégant musicen qui cherche à séduire une gracieuse bergère, représentée le fuseau à la main dans un paysage agreste, détaillé sur les panneaux des tiroirs.

128 Large console
rectangulaire en chêne richement mouluré et sculpté, la ceinture ajourée à quadrillage présente des coquilles feuillagées sur les côtés, un visage coiffé de plumes dans une coquille accotée de larges branches feuillagées. Elle repose sur quatre pieds cambrés volutés terminés par des sabots et réunis par une entretoise à volutes et contre-volutes. Dessus de marbre de Rance de Belgique. Fin du XVIIe-début du XVIIe siècle. Haut.88 cm-Larg.140 cm - Prof.69 cm. 4500 / 6000 €


En bois doré ou au naturel (teint et ciré) lorsqu'elle est en chêne massif, richement moulurée et sculptée, rehaussée d'un plateau de marbre, la console est l'un des meubles d'apparat du siècle de Louis XIV et de l'époque Régence. Elle a toujours belle allure et en met plein la vue ! Elle est la première à exploiter les lignes courbes du style rocaille. Ses pieds droits ou galbés, en cariatides ou en bustes de femmes, sont réunis par un croisillon d'entretoise. Sa ceinture richement sculptée témoigne de l'adresse et de l'imagination des artistes !


Le Siècle des Lumières, celui de l'Encyclopédie et des philosophes inspire aux ébénistes de nombreux meubles à écrire : le bonheur-du-jour, le bureau en pente, le bureau-cylindre, le secrétaire à abattant, dit en armoire.

Le bonheur-du-jour, apparu à l'époque Transition, trouve vite sa place : dans la chambre, le boudoir ou le petit salon, suivant les besoins. Léger, facile à déplacer, il comporte une petite table à pieds hauts et minces surmontée d'un gradin à rideau et pourvue de tiroirs et de cases secrètes. On pouvait y serrer les livres du moment, y ranger écritoire, plumes et encrier, boîte à poudre, bâton de cire et billets doux.


Le bureau en pente est toujours fermé par un abattant parfois doublé de cuir. Sa base comporte souvent de grands tiroirs. Il deviendra ainsi la commode-secrétaire dont le mobilier provincial, dans la région de La Rochelle ou en Provence, fournit de beaux exemples.


Le secrétaire à abattant inventé au milieu du XVIIIe pour conserver la correspondance en lieu sûr est destiné à être placé dos au mur. Son bâti est divisé en trois parties : un tiroir dans le haut avec un dessus de marbre, un abattant ouvrant à 90° et maintenu par des compas de métal et une base à vantaux dissimulant des tiroirs et parfois un coffre d'acier. Ses larges surfaces plates offrent aux ébénistes français l'occasion de déployer leurs talents dans l'art de la marqueterie, leur triomphe au XVIIIe siècle !


140 Bonheur-du-jour

en marqueterie de bois de rose et filets de buis. Le gradin à rideaux et deux tiroirs, le plateau écritoire ouvrant sur trois cases secrètes. Deux tiroirs ouvrent en caissons Pieds galbés à pans. Dessus de marbre blanc ceint d'une galerie ajourée estampillée « G. CORDIE » et « JME » sur la traverse avant et sous la traverse latérale droite - Transition des époques Louis XV-Louis XVI. (petits manques de placage).

Haut.103,5 cm -Larg. 81 cm - Prof.48.5cm.

Guillaume CORDIE, Maître en 1766. Modèle semblable page 203, photo B, in «Le mobilier français du XVIIIe siècle », Pierre Kjellberg. Editions de l'Amateur, 2002

2200 / 2500 €


141 Bureau dos d'âne

en merisier mouluré et sculpté. L'abattant ouvert dévoile quatre tiroirs galbés et en dégradé, des niches, un tiroir central et un secret. Présente trois tiroirs en caisson sur deux rangs.Traverses largement chantournées à décor floral et feuillagé. Pieds galbés terminés par des volutes à feuilles d'acanthe. Région de La Rochelle, époque Louis XV.

Haut.102 cm - Larg 108 cm - Prof.55 cm.

3800 / 4200 €

Référence : Meuble coquillier du Cabinet Lafaille, page 66, in « Les meubles de port Rochelais », Florence et Dominique Chaussat.


142 Rare petit secrétaire

en marqueterie de bois gravé à motifs de fleurs sur fond de bois tabac, filets à la grecque en amarante et buis et entourages de bois de rose. Il ouvre à un tiroir, un abattant dévoilant six petits tiroirs et des casiers, et une porte dissimulant un coffre-fort. Petits pieds galbés. Marbre brèche d'Alep. Epoque Louis XVI.
(Petits accidents, restaurations au fond arrière)

Haut. 135 cm-Larg.65cm- Prof. 38 cm.

2300 / 2600 €

Le XVIIIe voit naître une foule de petites tables élégantes, ingénieuses, en placage ou en marqueterie. Il semble qu'il y en avait pour chaque occupation : jeu, musique, ouvrage… et pour chaque moment de la journée : table de chevet, de toilette, à café ou à thé, à en-cas… La table volante est une petite table de salon, facile à déplacer. Il en existe de nombreuses variantes avec ou sans tiroir en ceinture, avec tablette d'entrejambe et de tailles variables, souvent plus hautes que larges. Toutes témoignent d'un certain art de vivre.


139 Petite table volante

à panneaux de marqueterie à la Reine en bois de rose sur fond de sycomore,
entourages et pieds en placage de bois de rose. Elle ouvre à un tiroir en ceinture.Pieds gaine réunis par une tablette d'entretoise et terminés par des sabots à roulette. Dessus de marbre bleu turquin ceint d'une galerie ajourée à angles à décrochement.

Époque Louis XVI (petits accidents)

Haut. 79 cm-Larg. 36,5cm-Prof.36.5cm.

1500 / 1800 €

203 Paire de sphinges en pierre sculptée couchées sur une terrasse rectangulaire.
Début du XIXe siècle (petits accidents).

Haut.56 cm- Long.100 cm

5000 / 7000 €


A la suite de la campagne d'Égypte et de la publication des albums de Dominique Vivant Denon : Voyage en Basse et Haute Égypte (1802) puis Description de l'Égypte à partir de 1809 (10 volumes de texte, 13 volumes de planches), les artistes se prennent de passion pour cette antiquité ressuscitée. Sous l'Empire, l'égyptomanie est à son sommet : architecture tel l'hôtel de Beauharnais à Paris, mobilier (fauteuils et commodes en acajou ornés de têtes de sphinx, de sphinges, de fleurs de lotus, de palmettes…), orfèvrerie, bronzes (candélabres, encriers comme celui de Talleyrand ornée de sphinx), céramiques (« cabaret égyptien » de La Malmaison commandé en 1808 par Joséphine à la Manufacture de Sèvres), décors de jardins telles cette paire de sphinges en pierre sculptée, conçues sans doute pour orner le perron d'une noble demeure.

Gwénaëlle de Carné



EXPERTS :

Alexis BORDES, Tableaux anciens et XIXe
Sophie VERGNE, Expert pour l'orfèvrerie
Bertrand BERTHELOT, Membre du Syndicat Français des Experts Professionnels en œuvres d'art et objets de collections : Mobilier XVIIIe et XIXe, Pendules, Objets d'art, Sculptures…
Cabinet PORTIER et Associés, Membre du Syndicat Français des Experts Professionnels en œuvres d'art : Arts d'Asie
Manuela FINAZ de VILLAINE, Membre du Syndicat français des Experts professionnels en œuvres d'art : céramiques
Philippe NEVEU, consultant antiquités et objets de marine
Jean-Claude DEY, expert Militaria

EXPOSITIONS PUBLIQUES

Vendredi 14 juin15h/18h
Samedi 15 juin10h/13h et 15h/18h
Dimanche 16 juin 15h/18h
Lundi 17 juin 9h/11h



279 Jean-Léon GÉRÔME
La joueuse de boules
bronze doré
1800/2400 €