En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. Cliquez ici pour en savoir plus.

LIVRES

Retour

VENTE DU lundi 26 mars 2018

CHATEAUBRIAND et le ROMANTISME
La bibliothèque d'un amateur

In-folio, in quarto… reliure d'époque en plein veau, pièce de titre en maroquin rouge, dos à nerfs orné de fleurons, filets dorés sur les plats, vélin, papier Japon, planches gravées… Ces mots mettent en émoi les bibliophiles ! Plus encore lorsqu'il s'agit d'une édition originale ! Mais ils ne suffisent pas à faire une bibliothèque. Ce qui fait le prix et l'attrait de celle-ci, ce sont les auteurs, choisis entre mille, la puissance de leur imagination, la clarté de leur écriture, la force de leur conviction, la finesse de leurs observations… Et surtout, la couleur des mots pour dépeindre les passions humaines et les tempêtes du cœur, les splendeurs du Nouveau Monde comme les charmes de la campagne romaine, les soubresauts de la politique et les illusions du temps… Bref, les aventures de la vie ! Tout ce que l'on trouve dans les livres de Chateaubriand : Atala, René, Les aventures du dernier Abencérage, Le Génie du Christianisme, l'Itinéraire de Paris à Jérusalem, les Martyrs… les Mémoires d'Outre-Tombe. « À la clarté de ses souvenirs ».

C'est la bibliothèque d'un amateur de Chateaubriand, mais aussi de Lamennais et de Barbey d'Aurevilly qui sera dispersée lundi 26 mars à Rennes Enchères par Maître Carole Jézéquel (121 lots de 30/40 € à 6 000/8 000 € pour les exemplaires les plus rares). Avec, pour son propriétaire, la consolation de « faire partager la joie que lui ont donné ces livres ». Et à l'esprit le beau portrait peint par Girodet pour le Salon de 1810.

Debout, accoudé à une muraille envahie par la vigne, les cheveux en bataille, le regard pensif, la main droite glissée sous le revers du gilet, l'écrivain songe. Sous ses yeux, les ruines du Colisée. En découvrant le tableau et la noirceur des ombres, Napoléon aurait dit : « on dirait un conspirateur sortant par la cheminée ». Dans ses Mémoires d'Outre-Tombe, Chateaubriand lui-même y consacre quelques lignes : « Girodet avait mis la dernière main à mon portrait. Il le fit noir comme j'étais alors, mais il le remplit de son génie. »

Par la liberté de la pose et l'expression du regard, Girodet laisse entrevoir le souffle de l'inspiration et à travers la vue de Rome, la relation de l'écrivain à l'histoire.
Dans cette bibliothèque, plusieurs éditions originales des plus grandes œuvres de Chateaubriand, que décrit ainsi Sainte-Beuve dans la Revue des Deux Mondes du 15 mai 1834 : « Chateaubriand est fondateur parmi nous de la poésie de l'imagination, le seul dont le nom ne pâlisse pas dans l'éclair d'Austerlitz. Il y a du Sophocle et du Bossuet dans son imagination, en même temps qu'un génie vierge . »


N° 2
CHATEAUBRIAND- Atala ou les amours de deux sauvages dans le désert


Paris chez Migneret et Dupont, an IX (1801).
Edition originale. 1volume in-18, reliure d'époque en plein veau raciné, triple filet en encadrement sur les plats, dos lisse orné de fleurons Empire, pièce de titre en veau vieux rose, tranches rouges.
Très rare et authentique édition originale.

800/ 1 200 €



Dans le Nouveau Monde, dont la nature sauvage est magnifiquement décrite par Chateaubriand, Atala, jeune chrétienne, s'éprend de Chactas, un Indien de la tribu des Natchez, prisonnier de son père. Elle le délivre et tous deux s'enfuient. Mais Atala, consacrée à la Vierge dès sa naissance, a juré à sa mère mourante de ne jamais se marier. Craignant de succomber à sa passion pour Chactas, elle s'empoisonne. En sa mémoire, Chactas devient chrétien. Le succès d'Atala, « grand roman d'amour et de mort » est immense ! Au point de nourrir l'inspiration du peintre Girodet (« Les funérailles d'Atala », 1808), des graveurs, des horlogers et même des faïenciers de la manufacture de Creil-Montereau.

N° 7
CHATEAUBRIAND - Atala ou les amours de deux sauvages, suivi de René

Paris, à la librairie des bibilophiles, 1877. Un volume in-12, reliure Bradel postérieure en plein vélin ivoire, triple filet rouge en encadrement, dos lisse avec auteur, titre et date calligraphiés à l'encre rouge. Exemplaire non ébarbé, la couverture imprimée en vert et or a été conservée.

Compositions d'Emile Lévy gravées à l'eau-forte par Bouteillé, dessins de Giacomelli gravés sur bois par Rouget et Sargent. Georges Vicaire mentionne qu'ont été tirés 568 exemplaires dont un unique en peau de vélin, celui-ci, enrichi de 5 dessins originaux aquarellés et signés ayant servi à la préparation des 5 bandeaux illustrant le début des chapitres. L'état avant la lettre de ces mêmes bandeaux gravés à l'eau-forte a été joint.


1 000/1 500 €

René est le double de Chateaubriand, « une âme inquiète », mélancolique, en proie au « vague des passions », l'incarnation du héros romantique ! C'est à lui que le vieux Chactas fait le récit du drame de sa vie. Et René, à son tour, de lui conter sa douloureuse histoire.

N° 17
CHATEAUBRIAND - Schmied (François-Louis)-Les aventures du dernier Abencérage

Paris, les bibiophiles de l'Amérique latine, 1930.
Un volume in-4°, reliure sur ais de bois recouverts de plein box vermillon foncé doublé de box noir à larges bordures mosaïquées, sous chemise en demi-maroquin noir.
Auteur et titre doré sur la chemise, toutes tranches dorées sur témoins. Superbe réalisation d'Émile Poëcin (directeur de l'atelier de reliure Schmied), d'après Louis Schmied. Exemplaire nominatif de Jacques André (grand bibliophile, collectionneur d'art, mécène du peintre et éditeur François-Louis Schmied) figurant sous le n° 61 au catalogue de sa bibliothèque établi en 1951 par Georges Blaizot.
Ouvrage tiré à 140 exemplaires, celui-ci porte le n° 88 contresigné par l'artiste.
Cette édition comprend 38 compositions en couleurs : la marque de la société, 1 frontispice, 16 gravures à pleine page, 5 grandes vignettes dans le texte et 15 lettrines prolongées par des bandeaux décoratifs.
Très bel exemplaire avec les bois gravés dans le plus pur style Art Déco, enrichi de l'aquarelle originale, d'un hors texte et de la suite n°2 sur papier Japon. Unique !


6 000/8 000 €


En janvier 1807, au retour de son périple en Orient, Chateaubriand rejoint Natalie de Noailles à Cordoue et à Grenade. Leurs amours lui inspirent une nouvelle publiée dans les Œuvres complètes et lue dans les salons : les Aventures du dernier Abencérage. À Grenade, les deux héros, Dona Blanca, la chrétienne, petite-fille du Cid, et Aben-Hamet, issu de la dynastie régnante du royaume de Grenade, se retrouvent comme Chateaubriand et Natalie dans les jardins de l'Alhambra, « au milieu du parfum des fleurs et de la fraîcheur des eaux ». Les deux amants seront séparés, mais ne renonceront jamais à leur amour.

N° 23
CHATEAUBRIAND-Essai historique, politique et moral sur les révolutions anciennes et modernes, considérées dans leurs rapports avec la révolution française


A Londres chez Deboffe, à Hambourg chez Fauche, à Paris chez Le Miere, 1797. Edition originale, 2 volumes in-8° reliure d'époque en demi-veau brun, plats de papiers marbrés marron, dos lisses ornés de fers dorés décoratifs et de fiets dorés pour les faux nerfs. Pièce de titre en maroquin rouge, tomaisons dorées, tranches jaspées.
Edition originale du premier livre de Chateaubriand d'une grande rareté. Ex-libris gravé avec les armes du Duc de La Rochefoucault Liancourt.


5 000/ 7 000 €

L'essai comparé sur les révolutions anciennes et modernes (celles d'Angleterre en 1640 et 1688) avec la Révolution française paraît à Londres et à Hambourg, centre de la résistance émigrée. Selon Jean-Paul Clément (Chateaubriand, des illusions contre des souvenirs, 2003), « L'histoire de l'humanité y apparaît comme un chaos dérisoire et absurde, fait de passions vides de sens, d'inquisitions vagues d'où sortent les révolutions, où la liberté est absente, et vain le recours à la religion. » Chateaubriand met en lumière la singularité de la Révolution française. Pour lui, elle n'est en rien « un mouvement partiel d'une nation momentanément insurgée », elle bouleverse durablement toute la société. Le livre sera violemment attaqué en 1811, à travers des extraits « perfidement choisis ».

N° 26
CHATEAUBRIAND - Génie du Christianisme ou beautés de la religion chrétienne


A Paris, de l'imprimerie de Migneret, an XI (1803). 4 volumes in-4°, reliure d'époque en plein veau raciné, guirlande dorée en encadrement sur les plats, dos lisses ornés de fers dorés, pièces de titre en maroquin rouge, vert pour la tomaison, tranches marbrées. Rare impression de la première édition illustrée, réimposée au format in-4° et restée à toutes marges. 9 figures hors texte de Le Barbier, Boichot, Chauvet et Delvaux, excellents tirages avant la lettre.

400/ 600 €


Publié le 14 avril 1802, six jours après la ratification du Concordat avec la Papauté, le Génie du Christianisme « prend le contre-pied du siècle de Voltaire. » Chateaubriand montre l'excellence de la religion chrétienne, entre autres sous l'aspect de l'art: « De toutes les religions qui ont jamais existé, la religion chrétienne est la plus poétique, la plus humaine, la plus favorable à la liberté, aux arts et aux lettres. Le monde moderne lui doit tout, depuis l'agriculture jusqu'aux sciences abstraites, depuis les hospices bâtis pour les malheureux jusqu'aux temples élevés par Michel-Ange et décorés par Raphaël… « L'architecte chrétien, non content de bâtir des forêts, a voulu, pour ainsi dire en imiter les murmures, et au moyen de l'orgue et du bronze suspendu il a attaché au temple gothique jusqu'au bruit des vents et des tonnerres, qui roulent dans la profondeur des bois… »

N° 61
CHATEAUBRIAND - Itinéraire de Paris à Jérusalem et Jérusalem à Paris

Paris, chez Le Normant,1822, 3 volumes in-8°, reliure d'époque en pleine basane racinée, guirlandes dorées en encadrement sur les plats, dos lisses avec pièce de titre et de tomaison enn maroquin vert. Tranches marbrées. Ouvrage bien complet de la grande carte dépliante de la Méditerranée et du fac-similé de texte en arabe.

100/150 €

En 1806, exauçant le rêve de sa jeunesse, Chateaubriand, s'embarque pour l'Orient. Au cours de ce voyage aux sources de l'Antiquité et de la chrétienté, il visite la Grèce, les lieux saints et revient par l'Egypte, la Tunisie et L'Espagne. Ses souvenirs enrichiront les Martyrs (1809), l'Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811) et les Aventures du dernier Abencérage (1826).
Dans sa description des lieux saints accompagnées de considérations sur l'histoire et l'architecture, l'auteur exprime l'émotion qui l'assaille lors de sa découverte du tombeau du Christ. « Je venais de visiter les monuments de la Grèce, et j'étais encore tout rempli de leur grandeur ; mais qu'ils avaient été loin de m'inspirer ce que j'éprouvais à la vue des lieux saints ! … » Ce livre suscitera un réel engouement pour l'Orient et servira de guide à Lamartine, Flaubert, Nerval.

N°33
CHATEAUBRIAND - Les Martyrs ou le triomphe de la religion chrétienne


Paris, Le Normant Imprimeur-Libraire, 1809. Edition originale. 2 volumes in-8° reliure d'époque en plein veau, dos lisses ornés, titre en maroquin rouge, vert pour la tomaison. Tranches jaunes mouchetées.
Bel exemplaire de cette édition originale.


300/400 €

Cette grande épopée en prose a pour théâtre la Grèce antique avec Cymodocée, fille d'un prêtre d'Homère, la Rome impériale au temps des persécutions de Dioclétien avec le guerrier chrétien Eudore et la Gaule Armoricaine incarnée par la druidesse Velléda. Lorsque Eudore, condamné à mort entre dans l'arène, Cymodécée le rejoint pour partager son sort et sa gloire.
Parmi les pages les plus lyriques, la description de Velléda et de son chant : « Elle chantait d'une voix mélodieuse, des paroles terribles, et son sein découvert s'abaissait et s'élevait comme l'écume des flots. »

N°63
CHATEAUBRIAND - La campagne romaine - Lettre à M. de Fontanes-Cynthie.

Paris, chez l'imprimeur Léon Pichon, 1919. 1 volume in-8°, reliure en demi-maroquin chocolat, dos lisse orné, auteur, titre et date dorés, blason avec « Château de Vercœur » doré sur le premier plat. Exemplaire à grandes marges, couverture conservée, prospectus de l'auteur in fine.13 jolis bois gravés en noir par Léon Pichon.

50/ 80 €

En janvier 1804, Chateaubriand, alors secrétaire d'ambassade à Rome, écrit à son ami Fontanes une lettre sur la campagne romaine, aussitôt publiée et reprise en 1826 dans le « Voyage en Italie » (1826). Chateaubriand se fait le peintre de la nature, avec en mémoire les paysages de Claude Lorrain et leur lumière, celle de Rome : « Vous avez sans doute admiré dans les paysages de Claude Lorrain cette lumière qui semble idéale et plus belle que nature. Eh bien, c'est la lumière de Rome ! »

« Je ne me lassais point de voir à la villa Borghèse le soleil se coucher sur les cyprès du mont Marius et sur les pins de la villa Pamphili, plantés par Le Nôtre. J'ai souvent aussi remonté le Tibre à Ponte-Mole, pour jouir de cette grande scène de la fin du jour. Les sommets des montagnes de la Sabine apparaissent alors de lapis-lazuli et d'opale, tandis que leurs bases et leurs flancs sont noyés dans une vapeur d'une teinte violette et purpurine. "

N°45
CHATEAUBRIAND-Œuvres complètes de M. Le Vicomte de Chateaubriand


Paris, chez Ladvocat 1826-1831. 28 tomes en 31 volumes in-8°, cartonnage à la Bradel de papier vert d'eau, reliure d'époque, pièces de titre et de tomaison bleu nuit.
Élégante série complète dans une reliure d'époque.

400/600 €



En 1826, Chateaubriand entreprend la publication de ses œuvres complètes. La première éditon paraît chez Ladvocat à Paris, 28 tomes en 31 volumes ( 1826-1831). Chaque volume est orné d'un frontispice gravé par Charles Thompson représentant une jeune femme assise sur un pierre gravée « Chateaubriand, œuvres complètes et contemplant l'horizon ». Pour cette édition, Chateaubriand a remanié une grande partie de ses œuvres. Il y insère des inédits parmi lesquels Les Natchez, Aventures du dernier Abencérage et le Voyage en Amérique.

N° 41
CHATEAUBRIAND- Mémoires d'Outre-Tombe.

Paris, chez Eugène et Victor Penaud, 1849/1850.
Édition originale. 12 volumes in-8° brochés, couvertures imprimées, exemplaire non rogné tel que paru. La série se compose de 4 étuis bordés de maroquin rouge avec chemises, dos de maroquin rouge. Chaque boîte permet le rangement de 3 des volumes brochés soit 12 volumes.
Ex-libris manuscrit qui pourrait être « de Bernis ».


1 000/ 1 500 €


« La plupart de mes sentiments sont demeurés au fond de mon âme,
ou ne sont montrés dans mes ouvrages que comme appliqués à des êtres imaginaires. Aujourd'hui, je regrette encore mes chimères sans les poursuivre, je veux remonter le penchant de mes belles années : ces mémoires seront un temple de la mort élevé à la clarté de mes souvenirs. »

(Mémoires d'Outre-tombe)



C'est à la Vallée-aux-Loups que Chateaubriand compose les « Mémoires de ma vie » qui deviendront un jour les « Mémoires d'Outre-Tombe». Cette œuvre posthume est la grande revanche de Chateaubriand sur le temps et les désillusions de la vie politique, une relecture de sa vie à la lumière de l'histoire. Les Mémoires s'ouvrent par une belle description de la Vallée-aux-Loups et des arbres que l'écrivain y a plantés : « Il n'y a pas un seul d'entre eux que je n'aie soigné de mes mains, délivré du ver attaché à sa racine, de la chenille collée à sa feuille, je les connais tous par leur nom comme mes enfants.»

Dans la première partie, il dépeint son enfance et son adolescence, sa famille, sa vie à Saint-Malo et à Combourg, ses études à Dol et à Rennes au collège des Jésuites en 1781 : « Rennes me semblait une Babylone, le collège un monde…»

Dès 1834, dans le salon de Mme Récamier à l'Abbaye-aux-bois, Chateaubriand lit quelques extraits des Mémoires pour piquer la curiosité. En 1836, il cède la propriété de l'ouvrage à une société. À charge pour elle de le publier après sa mort.

Pour notre bibliophile, « deux phares ont balayé le grand large, deux hommes nés aux rivages malouins, François-René de Chateaubriand et Félicité de Lamennais. Ils ont été rejoints par un voisin normand, Barbey d'Aurevilly. Celui-ci a longuement soupesé la place qu'ils ont prise en leur siècle et les a placés parmi ceux qu'il appelle les « prophètes du passé, leur disant sa secrète admiration. »

N°79
LAMENNAIS - Paroles d'un croyant 1833


A Paris, chez Eugène Renduel.1834. 1 volume in-8° relié en demi-basane marron, dos lisse avec filets et fers décorés en tête de queue ; plats de papier marbré, tranches marbrées. Edition originale rare.

150/250 €


Plutôt que de condamner le livre de Lamennais « Paroles d'un croyant », ainsi qu'on l'y invitait, Chateaubriand eut cette répartie : « Répondre à Monsieur de Lamennais ? Mais c'est indigne ! J'écrirais plutôt dix mille fois dans le même sens. »

N° 87
BARBEY d'AUREVILLY - Le Chevalier des Touches


A Paris, chez Michel Lévy frères, 1864
1 volume in-8°, reliure légèrement postérieure en demi-maroquin havane, dos ornés, auteur et titres dorés, fleuron doré, roulette dorée en encadrement. Tête dorée.
Edition originale, un des chefs-d'œuvre de l'auteur.

150/250 €


A REMARQUER :
Les Chouans d'Honoré de Balzac dans une belle édition de luxe, à Paris, chez Emile Testard et Cie, 1899 ( 800/ 1 000€), un petit manuscrit d'Henri de Régnier « De Venise à Stamboul », ( 200/300 €) et les deux superbes volumes in-folio de Félix et Philippe Benoist, reliés en demi-chagrin rouge « Rome dans sa grandeur, vues, monuments anciens et modernes » remarquables pour la qualité de leur illustration : 100 lithographies en deux tons. (800/ 1000 €).


CONSULTANT :
Sylvain LANGLOIS

Tél. 06 10 22 90 45
langloissylvain@sfr.fr

EXPOSITIONS PUBLIQUES
Samedi 24 mars 10h/13h
Lundi 26 mars 9h/11h