En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. Cliquez ici pour en savoir plus.

TABLEAUX XIXe et modernes

Retour

VENTE DU lundi 11 juin 2018

TABLEAUX ET SCULPTURES
du XIXe au XXIe siècle



Michel et Raphaël Maket, membres du syndicat français des experts professionnels se définissent comme des « passeurs d'art » ! Une jolie formule pour faire partager leurs découvertes : une belle palette de sensibilités, des peintres de renom, chantres de la Bretagne (Ernest Guérin, Mathurin Méheut, Albert Clouard, Lucien-Victor Delpy, Louis-Marie Désiré-Lucas, Roderic O'Conor …) des compositions
abstraites de Carmelo Arden-Quin et de Beauford Delaney… Des bronzes de Manoli, de Mitoraj… Sans oublier les céramiques de Picasso créées à Vallauris au sein de l'atelier Madoura. Les quelques 172 lots (peintures et sculptures) qui seront dispersés Lundi 11 juin par Maître Carole Jézéquel à Rennes Enchères invitent à méditer les mots d'André Malraux : « L'art, c'est le plus court chemin de l'homme à l'homme » !


ERNEST GUÉRIN

Né à Rennes, habitué des Salons parisiens, Ernest Guérin (1887-1952) est consacré en 1913 : une exposition au Pavillon de Marsan à Paris et plusieurs achats de l'État ! Le passé médiéval, chevaleresque et légendaire de sa Bretagne natale lui inspire des enluminures élicates pour des missels et livres d'heures, ainsi que des figures de saints serties de cadres gothiques. L'aquarelle, sa spécialité, sert
l'image d'une Bretagne préservée de la modernité, sauvage et rude mais aussi empreinte de foi. Ciels immenses et tumultueux (n°48), pâle lumière, grèves et landes (n°42) battues par les vents et les embruns. Ses panoramas souvent composés en triptyques avec hapelle ou quelques chaumières (n°47) sont peuplés de bretonnes aux robes multicolores.

Ernest Guérin affectionne les pardons de Bretagne. Entre 1915 et 1918, ils lui inspirent un grand décor pour les salons de l'Hôtel Moderne, 17 quai Lamennais à Rennes (devenu en 1926 les « Salons Gaze »). L'idée de faire appel au talent d'un artiste de la région pour donner du prestige à l'hôtellerie bretonne n'est pas nouvelle ! Elle remonte à Jean-Julien Lemordant et à ses décors pour l'Hôtel de l'Épée à Quimper (1905-1909). Ernest Guérin conçoit deux ensembles décoratifs peints à l'huile sur toile : un triptyque figurant l'église et le calvaire de Tronoën, à Saint-Jean-Trolimon (aujourd'hui au musée des Beaux-Arts de Rennes) et de part et d'autre, deux diptyques évoquant le pardon de Sainte-Anne-La-Palud. Guérin est habile à recréer l'atmosphère aux abords de l'église : une Bretonne fait mijoter la soupe pendant que la foule se presse sous les tentes où sera servi le cidre ( n° 43).



N° 43
PARDON DE SAINTE-ANNE-LA-PALUD,
JEUNE BRETONNE 1918
Huile sur toile
236x250cm

BIBLIOGRAPHIE
Ernest Guérin imagier breton, catalogue de l'exposition
du Musée des Beaux-Arts de Rennes, 2001-2002,
reproduit p.186
Les lots 43 à 46 ont été réalisés en 1918 pour l'Hôtel
Moderne à Rennes

6000 € /9000 €
N° 47
VILLAGE BRETON
Aquarelle, signée en bas à droite et légendée
38x46cm

EXPOSITIONS
Musée des Beaux-Arts de Rennes, 2001
Musée départemental breton de Quimper, 2002
11e festival des Arts de Saint-Briac-sur-mer, 2006

7000 € / 9000 €




N° 42
LANDES AUX PINS ET AUX CHAUMIÈRES, MORBIHAN
Aquarelle, signée et située en bas à droite
43x57,5cm

3500 € / 4000 €


ALBERT CLOUARD

Un découpage en plusieurs plans ,des contrastes de couleurs, une certaine audace dans la manière de les orchestrer et de les faire vibrer… Avec Albert Clouard, (1866-1952), ami de Paul Sérusier et de Maurice Denis, la couleur est lumière !
Particulièrement dans ses paysages de Perros-Guirec telle cette vue de la Pointe du château, éperon rocheux entre
l'anse de Perros et la baie de Trestrignel. Ponctuée par l'or des voiliers dans le soleil, la mer turquoise est du plus bel effet, adoucie par le jaune pâle des
blés, le rose des rochers, le mauve estompé des nuages.



N°59
MEULES À TRESTRIGNEL, POINTE DU CHÂTEAU,1895
Huile sur carton, cachet de la signature
en bas à droite
34x52cm

BIBLIOGRAPHIE
Albert Clouard, Les derniers feux du symbolisme en Bretagne, B. Belleil, 1992, n°103, p.122
Hôtel des ventes de Rennes, 1ère vente de l'atelier Albert Clouard
9 décembre 1990, n°53, reproduit en couleurs


5000 € / 7000 €


N° 58
LA MÉDITATION AUX PINS MARITIMES
Huile sur carton, cachet de la signature
20x27 cm

BIBLIOGRAPHIE
Albert Clouard, les derniers feux du symbolisme
B. Belleil 1992, décrit et reproduit en couleurs, p.90
VENTE
Hôtel des ventes de Rennes, 2ème vente de
l'atelier Albert Clouard
6 décembre 1992, n°73, reproduit en couleurs


1500 € / 2200 €

Une grande sensibilité à la lumière du soleil couchant sublimée ici par le bleu pâle de la mer relevé de pointes de turquoise et de jaune.


Lucien-Victor DELPY

« En Bretagne, je découvris que ma voie royale était là, dans l'intime communion avec tout ce qui me parlait de la mer et des marins… » ( L.-V.Delpy)

Parisien de naissance, Lucien-Victor-Delpy (1898-1967) s'est très vite laissé séduire par les lumières de la Bretagne. En sa qualité de peintre officiel de la
Marine, il lui a consacré une grande partie de son œuvre. Témoin privilégié des dernières heures de la Marine à voile, du ballet incessant des petites chaloupes sardinières, des manœuvres des thoniers aux voiles majestueuses, des scènes de retour de pêche… il excelle à saisir les nuances du ciel et de l'eau à Concarneau, son port d'attache mais aussi à Lorient, Camaret, Port Haliguen, Trévignon…
Toujours attentif à la lumière de l'instant, au gré des caprices du temps.


N° 63
QUAIS ANIMÉS, RETOUR DE PÊCHE
Huile sur carton (légères restaurations)
Signé en bas à gauche
49,5x61 cm

1500 € / 2500 €


RODERIC O'CONOR

D'une scène champêtre toute simple, hors du temps, l'Irlandais Roderic O'Conor (1860-1940) compose un petit poème de lumière et de couleur. Tout réside dans l'harmonie délicate des roses et des verts, juste animés par la présence d'un cheval blanc.
Peintre et graveur, Roderic O'Conor a séjourné à plusieurs reprises à Pont-Aven et au Pouldu, cotoyé Filiger, Seguin et Gauguin. De ce dernier, Il gardera le goût de la couleur et celui « de tout oser ».


N°40
PAYSAGE AU CHEVAL BLANC
Huile sur toile marouflée sur carton
au dos, cachet atelier O'Conor,
annoté Musée du Petit Palais Genève, Suisse
33x40,5cm

HISTORIQUE : vente Blache Versailles 1979 n°72

10000 € / 15000 €


PABLO PICASSO

Picasso ? Une vitalité créatrice hors norme ! Et une curiosité de tous les instants ! En 1946, alors qu'il séjourne sur la côte d'Azur, il découvre à Vallauris, l'atelier de céramique Madoura animé par Suzanne et Georges Ramié ( MADOURA : MAison DOUly RAmié, Douly étant le nom de jeune fille de Suzanne Ramié).
Étonné par ses premiers essais, Picasso prend plaisir à façonner dans l'argile toutes sortes d'objets utilitaires et à les peindre. Il puise son inspiration dans ses thèmes favoris : corrida, visages de femme, chèvre, hibou… Simplicité des formes, vivacité du trait, souplesse du pinceau, contrastes de couleur, faïence blanche ou rouge non émaillée avec décors en relief… Picasso s'en remet à son imagination et aux surprises que réserve le four à potier, comme si soudainement il redevenait un jeune artiste avec toute la vie devant soi pour réinventer l'art.
De l'atelier Madoura sortiront 4000 céramiques originales réalisées entre 1946 et 1971 dont 633 seront éditées (de 22 à 500 exemplaires selon les modèles). En 2014 la rétrospective du Musée de Sèvres a permis de faire toute la lumière sur cette contribution de Picasso à un art vieux comme le monde.

N° 84
SCÈNE DE PLAGE, 1956

Plaque murale convexe en terre de faïence
blanche glaçurée, décor noir à la paraffine
oxydée en relief, édition à 450 exemplaires,
estampilles MADOURA PLEIN FEU
ET EMPREINTE ORIGINALE DE PICASSO
Diam. : 25 cm

BIBLIOGRAPHIE
Catalogue raisonné de l'oeuvre céramique de
Picasso de 1947 à 1971, Alain Ramié, Galerie
Madoura
sujet similaire décrit et reproduit en couleurs
sous le n°389, p.201


2500 € / 3500 €
N° 86
CHOUETTE FEMME, 1951

Vase en terre de faïence blanche glaçurée, décor noir
à la parraffine oxydée, édition à 500 exemplaires,
estampilles MADOURA PLEIN FEU et EDITION
PICASSO, marque EDITION PICASSO
Haut : 29 cm

BIBLIOGRAPHIE
Catalogue raisonné de l'œuvre céramique de Picasso
de 1947 à 1971, Alain Ramié, Galerie Madoura
sujet similaire décrit et reproduit en couleurs sous
le n°119, p.71


8000 € / 10000 €


N° 91
VISAGE, 1955
Pichet tourné en terre de faïence blanche, décor beige et noir,édition à 500 exemplaires
(légères traces de frottements), estampilles MADOURA PLEIN FEU et EDITION PICASSO et MADOURA
Haut. : 30,5cm

BIBLIOGRAPHIE
Catalogue raisonné de l'oeuvre céramique
de Picasso de 1947 à 1971,
Alain Ramié, Galerie Madoura
sujet similaire décrit et reproduit en couleurs
sous le n° 288, p.150


6000 € / 9000 €

N° 99
PICADOR, 5 AOÛT 1952
Pichet tourné en terre de faïence rouge, décor à la paraffine oxydée,
édition 500 exemplaires, marque
EDITION PICASSO
Haut. : 14 cm

BIBLIOGRAPHIE
Catalogue raisonné de l'oeuvre céramique
de Picasso de 1947 à 1971,
Alain Ramié, Galerie Madoura
sujet similaire décrit et reproduit en couleurs
sous le n°162, p.89


2000 € / 3000 €


Gwénaëlle de Carné


Carole JÉZÉQUEL, COMMISSAIRE-PRISEUR
EXPERTS :
Michel et Raphaël MAKET
Membres du Syndicat français des Experts Professionnels
en Œuvres d'Art et Objets de Collection
17 avenue de Messine 75008 PARIS

Tel. +33 (0) 1 42 25 89 33 - Fax. : +33 (0) 1 43 59 02 67

Toutes les photos sur : www.rennesencheres.com

EXPOSITIONS PUBLIQUES
Samedi 9 juin :10h/13h et 15h/18h
Dimanche 10 juin :15h/18h
Lundi 11 juin : 9h/11h