En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. Cliquez ici pour en savoir plus.

FLACONS de PARFUMS

Retour

VENTE DU lundi 12 mars 2018

Lundi 12 mars à 14 h : FLACONS DE PARFUM

« LA PARFUMERIE CENTRALE »

MAISON BAGOT :
UNE HISTOIRE RENNAISE

Jicky de Guerlain (1889), Chanel n°5 (1921), Arpège de Lanvin (1927), L'Air du temps de Nina Ricci (1949), Calèche d'Hermès (1961), Ysatis de Givenchy (1980)… Ces grands parfums ont fait la renommée de la plus belle parfumerie de Rennes, la Maison Bagot au 4
de la rue Le Bastard.
Fondée en 1895 par Joseph Bagot, « La Parfumerie centrale » a attiré pendant près d'un siècle plusieurs générations de Rennaises et de Rennais. De cette « Maison de l'Élégance et de la Beauté » restent des souvenirs, des images, des encarts publicitaires et une magnifique collection de flacons et d'objets de parfumerie anciens et contemporains.
Cette collection, Patrick Bagot, arrière-petit-fils de Joseph l'a confiée à Rennes Enchères. Il s'en sépare à regret avec l'espoir que ces flacons signés GUERLAIN, CHANEL, LANVIN, PATOU, NINA RICCI, DIOR, GIVENCHY… (300 lots) feront le bonheur des collectionneurs et des amateurs de fragances et de senteurs précieuses.

En 1908, Joseph Bagot offre à ses clients « un magnifique coffret de parfumerie » pour tout achat de quatre francs. Il s'agit alors de franc or ! Le 2 février 1916, Madame Pinaud, domiciliée rue Saint-Martin s'acquitte avec deux ans de retard d'une facture d'un franc 80 centimes pour une pâte dentifrice Gellé achetée… en 1914 ! C'est la guerre… L'eau de Cologne s'achète alors au litre ou au demi-litre et la Maison Bagot propose déjà un grand choix de « parfumerie, savonnerie, brosserie, articles de toilette, bijoux fantaisie ». Et bien sûr, le Ricqlès, « seul véritable alcool de menthe ».

FLEUR D'AJONC : en 1921, époque où Chanel sort son fameux N° 5, Joseph Bagot dépose sa marque « Fleur d'Ajonc », une eau de Cologne de sa composition. Une réclame de 1922 parue dans Rennes Théâtre, journal artistique et littéraire vante la ligne de produits de toilette Djer Kiss créée en 1908 par Kerkoff et dont la « Parfumerie centrale » est alors la seule dépositaire : extrait de parfum, eau de toilette, eau de Cologne, sachet parfumé, poudre de talc, « poudre exquise », rouge à lèvres, savon et crème, fabriqués en France.

Rue le Bastard, 1930 (Musée de Bretagne)


Les vitrines Art Déco de la Maison Bagot s'agrémentent d'un auvent de toile à l'enseigne « PARFUMERIE CENTRALE » visible sur une photographie de la rue le Bastard datée des années 1930 et signée Henri Laurent-Nel. On y voit arrêtées devant Bagot deux puissantes limousines Citroën. En 1934, les cartes réclames invitent « la femme élégante à se fournir à la Parfumerie centrale » : parfums et cadeaux (portefeuilles et porte-monnaies, sacs de dame, articles de voyage, garniture de toilette, vaporisateurs, articles pour fumeurs…)


LA MAISON DE L'ÉLÉGANCE ET DE LA BEAUTÉ

Après-guerre, Roger Bagot aura à coeur d'embellir la Parfumerie centrale. En 1965, pour la 40e Foire-Exposition de Rennes, la façade retrouve ses trois arcades du XVIIIe siècle. C'est « la Maison de l'Élégance et de la Beauté », dépositaire des fabrications Le Tanneur, des marques Guerlain, Lanvin, Rochas, Dior… et pour les produits de beauté, Elisabeth Arden, Orlane, Payot… Elle accueille aussi un institut de beauté : manucure, épilation, soins du visage, maquillage… Bref tout ce que la femme moderne demande à ceux qui peuvent la rendre belle et plus séduisante !


La parfumerie centrale en 1965, 4 rue Le Bastard à Rennes


DES FLACONS PRÉCIEUX POUR DES PARFUMS UNIQUES

N° 189 GUERLAIN « Eau de Cologne impériale » 1853, flacon modèle « abeille dorée » en verre incolore pressé moulé richement décoré à l'or avec son étiquette armoriée, épaulement et bouchon à décor d'écailles, 80/ 100 €.

Composée en 1853 pour l'Impératrice Eugénie à l'occasion de son mariage avec Napoléon III, « l'Eau de Cologne impériale » valut à Pierre Guerlain, son créateur, le titre de « Parfumeur breveté de sa Majesté ». C'est l'un des grands classiques de la maison vendu dans un flacon orné d'abeilles symbolisant l'Empire, dorées à l'or fin, avec une étiquette verte.
N°202 GUERLAIN « JICKY » (1889) Flacon en cristal massif incolore pressé moulé de Baccarat de section cubique, panse à parois latérales facettées, bouchon quadrilobé avec son étiquette au laurier, numéroté, 200/ 250 €

Jicky est créé en 1889 par Aimé Guerlain, fils de Pierre, en souvenir de sa première rencontre avec une jeune fille anglaise, son premier amour ! Un parfum basé sur l'émotion ! Avec ses fragrances de bois associées à des notes de lavande, iris, courmarine, civette, il fut qualifié de premier parfum moderne car des produits de synthèse entraient dans sa composition.
N° 197 GUERLAIN « SHALIMAR », 1925 dans son coffret en peuplier gainé de papier suédine violet, flacon modèle « chauve-souris » en verre incolore pressé moulé en forme d'urne côtelée sur piédouche, bouchon éventail en verre teinté bleu Bosphore, 60/ 80 €

Aussi actif qu'inspiré, Jacques Guerlain, petit-fils de Pierre enchaîne les créations dans les années vingt : « Jasmin », « Bouquet de Faunes » et surtout « Shalimar », dévoilé à l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels de 1925 à Paris. Ce parfum à base de « guerlinade », un composé de baumes, d'iris et de vanille est un hommage à la princesse hindoue Mumtaz Mahal, connue par le Taj Mahal, le mausolée que son époux éleva à sa mémoire en 1648.
N° 151 CHANEL N° 5, Flacon « carré Malevitch » avec bouchon taille émeraude 100/ 120 €

« Je mettrai tout dans mon parfum, rien dans la présentation. Le flacon sera simple et non trompeur, pas de nom, un chiffre » a dit Coco Chanel. Pour elle, Ernest Beaux imagine en 1921 un bouquet où se mêlent «l'envol sensuel de l'ylang ylang des Comores et du néroli, un coeur fleuri où s'épanouissent la rose de mai et le jasmin de Grasse ». Il compose plusieurs échantillons et c'est le n° 5 qui est retenu. Aux flacons de l'époque, chefs-d'œuvre de la cristallerie française, Chanel préfère un flacon géométrique dont le bouchon s'inspire de la forme de la Place Vendôme. Son parfum fera le tour du monde. Marylin Monroe fit ainsi sensation en révélant qu'elle ne dormait la nuit qu'avec… quelques gouttes de N° 5.
N° 40 LANVIN PARFUMS, « Arpège » (1927)
Deux flacons en verre opaque noir pressé moulé modèles « boule noire » siglés et titrés à l'or, le grand modèle à bouchon côtelé laqué or, le petit modèle à bouchon « framboise » laqué or. Modèles publicitaires décoratifs. Conception Armand Rateau. 200/ 250 €

En 1927, Jeanne Lanvin crée le parfum « Arpège », pour les trente ans de Marie-Blanche, sa fille adorée. Armand-Albert Rateau, le décorateur de son hôtel particulier (reconstitué au Musée des Arts décoratifs à Paris) conçoit une boule de parfum de couleur noire à bouchon doré, rehaussée d'un dessin de Paul Iribe. Il symbolise l'amour que Jeanne porte à sa fille et deviendra l'emblème de sa maison de couture.
N° 47 Nina Ricci « l'Air du Temps » (1948)
Edition du 50 ème anniversaire de ce parfum réalisée en 1998 : flacon en cristal massif incolore pressé, moulé, dépoli, satiné en forme de sphère décorée d'une spirale en relief. Sur son bouchon en cristal dépoli figurent deux colombes aux ailes déployées. Il est présenté dans un coffret de carton gainé de papier jaune citron titré et siglé, modèle signé Lalique.

L'Air du Temps est l'un des cinq parfums les plus vendus au monde ! Il a fait la renommée de la Maison Nina Ricci. Le premier flacon, dessiné par le sculpteur espagnol Joan Rebull, portait un bouchon gravé d'un soleil et d'une colombe. En 1951 Nina Ricci et Marc Lalique imaginent le flacon aux deux colombes volant au-dessus d'un tourbillon de cristal. Le tourbillon illustre l'instabilité du monde, les colombes enlacées célèbrent la paix et l'amour retrouvés.
N° 68 D'Héraud « Le Chypre » 1920
Rarissime flacon en vernis incolore pressé moulé de section rectangulaire. Sa panse carrée à décor moulé sur deux faces de quatre godrons et de fleurettes, son bouchon disque dépoli titré scellé avec PdO. Modèle créé par René Lalique (1850-1945), signé dans la masse. Haut : 10,5cm. 3 500/4 000€

Le chypre ou cypre est une base de parfum dont l'une des composantes est extraite d'un lichen qui pousse sur le chêne (Evernia prunastri) nommé « mousse de chêne ». Cette préparation appelée au XVI et XVIIe « poudre de Chypre » servit de base au parfum « Chypre » créé par Guerlain en 1840, puis aux parfums du même nom créés par François Coty en 1917 et D'Héraud en 1920. Ces deux parfumeurs ont fait appel pour leurs flacons au talent du grand maître verrier René Lalique (1860-1945).

Gwénaëlle de Carné


EXPOSITIONS PUBLIQUES
Samedi 10 mars10h/13h et 15h/18 h
Lundi 12 mars 9h/11h