En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. Cliquez ici pour en savoir plus.

TABLEAUX et SCULPTURES du XIXe au XXIe siècle

Retour

VENTE DU lundi 03 avril 2017


TABLEAUX ET SCULPTURES du XIXe au XXIe dont Écoles bretonnes

Celui qui regarde la toile refait le même chemin que l'artiste » ! Ces mots de Georges Braque, chacun pourra en apprécier la justesse en contemplant les œuvres réunies par Michel et Raphaël Maket pour la vente de Rennes Enchères lundi 3 avril sous le marteau de Maître Carole Jézéquel. Membres du syndicat français des experts professionnels en oeuvres d'art, ces « passeurs d'art » comme ils aiment à se définir, ont constitué grâce à la confiance de collectionneurs, un ensemble de 125 tableaux et sculptures du XIXe au XXIe siècle. En lumière : Henri Martin, bien des maîtres bretons et non des moindres : Henry Moret, Ernest Guérin, Mathurin Méheut, Jean-Julien Lemordant, René-Yves Creston, Xavier de Langlais, Yvonne Jean-Haffen, Louis-Henri Nicot, Henri Barnoin, Jules Noël et des peintres à la personnalité affirmée comme Georges Mathieu.




N° 28 Henri MARTIN (1860-1943)
«La lumière guidant Dante et Béatrice »

Huile sur toile
60x73 cm
Monogramme en bas à droite
au dos du cadre en bois sculpté
Kousnetzoff

30 000 / 50 000 €


Depuis la découverte de 42 toiles dans un appartement rennais, authentifiées par Michel Maket puis vendues à Rennes Enchères le 1er avril 2012, le Toulousain Henri Martin est de nouveau dans la lumière ! Contemporain de Seurat et de Signac, exposé en son temps dans les meilleures galeries parisiennes, médaille d'or à l'Exposition Universelle de 1889, élu à l'Académie des Beaux-Arts, il a signé de grands décors (pour l'Hôtel de ville et le Palais de Justice de Paris, le Palais du Capitole à Toulouse…) et de nombreux tableaux aux accents pointillistes et symbolistes. Celui-ci peint vers 1897 est un modèle du genre par son sujet poétique, cette manière si personnelle de traiter le paysage, de jouer des couleurs et de la lumière sur les collines bleutées. En 1910, lors de l'exposition à la Galerie Georges Petit à Paris, le critique Jacques Copeau pour la revue« Art et Décoration » louait la « douceur vibrante », la « force délicate et nuancée » des peintures d'Henri Martin.
Le tableau a sans doute appartenu au peintre russe Constantin Kousnetzoff (1863-1936) réputé pour ses paysages de Bretagne. Henri Martin y a peint quelques paysages entre 1900 et 1910. Il y a tout lieu de croire que les deux artistes se connaissaient.

N° 57 Henry MORET (1856-1913)
Deux barques sur l'Aven

Huile sur panneau
signée en bas à gauche
40,5 x42cm

15 000 / 25 000 €


Un excellent coloriste, habile à saisir la lumière de l'instant, de sa touche frémissante ! Henry Moret est l'un des maîtres les plus alentueux de l'Ecole de Pont-Aven. Lorsqu'il arrive à Pont-Aven en 1888, il est déjà un habitué du Salon des artistes français et de la peinture en plein air pratiquée au Pouldu. Tenté un moment par le synthétisme de Gauguin et d'Emile Bernard, il revient en 1895 à une forme d'impressionnisme. Ses paysages gagnent en luminosité. Dans cette vue de l'Aven, il saisit le jeu des reflets, les vibrations des feuillages sous l'effet de la lumière, dans une palette à dominante de verts et d'ocres justes rompus par les voiles blanche et rouge des barques qui s'avancent vers le rivage. Ce tableau a été peint sur un panneau de bois provenant de l'hôtel de Marie-Jeanne Gloanec à Pont-Aven. Emile Bernard rapporte que les artistes qui y séjournaient « avaient l'habitude de laisser une trace de leur passage ». En 1888, lui-même avait peint « un tableau de moisson pour qu'il fût mis dans les cadres de la salle à manger de la pension Gloanec ». Henry Moret a laissé près de 800 oeuvres conservées dans les collections privées et publiques (Musée d'Orsay, Musée des Beaux-Arts de Rennes, Quimper, Caen…). Les barques sur l'Aven ont figuré à l'exposition «Ecole de Pont-Aven dans les collections publiques et privées de Bretagne » (Musées des Beaux-Arts de Quimper, Rennes et Nantes en 1978/1979).

Ernest GUÉRIN (1887-1952)
Aquarelles signées


n° 42 Vieux chaumes, Bretagne
21x25,5cm
2 200 / 2 300 €

n° 43 Le vent sur la dune,
Saint-Guénolé
26X33 cm
1800 / 2 000 €

n°44 Soir d'automne à Plovan
37x45cm
1 400 / 1 600 €

n°45 Chaumières en bord de mer,
21x26cm
1 000 / 1 500 €


Habitué des salons parisiens, consacré en 1913, le Rennais Ernest Guérin est aussi apprécié pour ses enluminures médiévales que ses aquarelles. Celles-ci servent l'image d'une Bretagne sauvage et rude, empreinte de foi. Ciels immenses et tumultueux, pâle lumière, terres battues par les vents. Ses vastes panoramas, parfois composés en triptyques avec ici une une chapelle, une scène de pardon, là quelques chaumières, sont peuplés de minuscules personnages aux costumes multicolores. Ernest Guérin aime montrer le déchaînement des éléments, les tourbillons du vent sur la grève ou dans les dunes. Pour mieux faire ressentir la petitesse de l'homme.

N° 50 René-Yves CRESTON
(1898 -1964)


Le phare du Créac'h à Ouessant
Huile sur toile signée en bas à droite
73x92cm

3 000 / 5 000 €


Insuffler à l'art un esprit nouveau, affirmer l'identité bretonne en l'ouvrant à la modernité et en rejetant tout folklore !
C'est le mot d'ordre des «SEIZBREUR » (Les sept frères), mouvement créé en 1923. Peintre, graveur, sculpteur, céramiste, créateur de
mobilier, ethnologue dans l'âme, René-Yves Creston en est l'un des membres fondateurs. A Ouessant où il séjourne à plusieurs reprises dans les années 30, il est aussi attentif aux costumes des Ouessantines qu'au paysage. Il aime à en saisir les aspects les plus rudes, tel le phare du Créac'h par gros temps.
Les coups de pinceau s'accordent à la violence du ressac et au grain qui s'annonce. Mis en service en 1863, reconnaissable à ses bandes blanches et noires, le phare du Créac'h (le promontoire en breton) est l'un des plus puissants d'Europe. Il guide l'entrée des bateaux dans la Manche.

N° 33 Emile - Anatole PAVIL
(1873-1948)

« Femmes et nurses dans un parc »

Huile sur toile
55x46 cm
signée en bas à gauche

1 800 / 3 000 €


Né à Odessa en Ukraine, naturalisé français, mort à Rabat, Emile-Anatole Pavil a fait l'essentiel de sa carrière à Paris avant de s'établir au Maroc. Son tempérament, sa sensibilité le portent à peindre des scènes de la vie parisienne mais aussi des paysages urbains et champêtres, des grands boulevards au canal de l'Ourcq à Bougival, des jardins du Luxembourg aux bords de Seine. Dans ce charmant tableau peint dans les années 1900, il apprivoise la lumière du soleil tamisée par les arbres à la façon de Monet dans « le parc Monceau » (1877). D'un pinceau léger, il fixe les ombres violettes sur l'allée sablée. Quelques touches suffisent à figurer les femmes, les enfants et la nurse sur un banc.

N° 5 Jules NOËL (1815-1881)

Bras de mer dans le Morbihan
Huile sur panneau, signé en bas à droite
22x28cm

2 000 / 3 000 €


Né à Quimper, Jules Noël expose au Salon entre 1840 et 1845. Il est remarqué par le Duc de Nemours, second fils de Louis-Philippe.
Grâce à son appui, il obtient un poste de professeur de dessin au Lycée Henri IV à Paris. Pendant les vacances, il retourne en Bretagne et dépeint la vie le long de la côte : scènes pittoresques, vues de ports, paysages marins comme celui-ci peint avec finesse et une grande sensibilité à l'atmosphère et à la lumière de l'instant.

N°115 GEORGES MATHIEU

Composition 1972
Peinture dorée et blanche sur papier noir
et collage
signée et datée en bas à droite
49x63 cm

10 000 / 12 000€


Élan et puissance du geste, rapidité de l'exécution. Une peinture tout de mouvement et d'expressivité ! Entre calligraphie et improvisation.
Georges Mathieu (1921-2012) est l'un des pères de l'Abstraction lyrique, pionnier de l'Action painting. Louis Leygue, dans le discours prononcé lors de la réception de Georges Mathieu à l'Académie des Beaux-arts le 28 janvier 1976 a fort bien décrit le travail de l'artiste : « Qui vous voit peindre assiste à un ballet, à des figures chorégraphiques étonnantes, étourdissantes, durant lesquelles vous vous identifiez à votre tracé, à vos arabesques. Vous bondissez, vous vous élancez puis vous revenez à votre point de départ… C'est un paraphe coloré, brillant, doré… »

Gwénaëlle de Carné


EXPOSITIONS PUBLIQUES
A RENNES, 32 place des Lices
samedi 1er avril de 10 h à 13 h et de 15 h à 18 h
dimanche 2 avril de 15 h à 18 h
Lundi 3 avril de 9 h à 11 h

ENCHÉRISSEZ EN LIVE
interencheres-live.com


MICHEL ET RAPHAËL MAKET
Membres du Syndicat français des experts professionnels en œuvres d'art et objets de collection
17 avenue de Messine 75 008 PARIS
Tel. + 33 (0) 1 42 25 89 33 - FAX : + 33 (0) 1 43 59 02 67
info@maket-expert.com
www.maket-expert.com