En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. Cliquez ici pour en savoir plus.

Tableaux Anciens, Mobilier, Objets d'Art

Retour

VENTE DU dimanche 27 novembre 2016


HÔTEL DES VENTES DE RENNES

TABLEAUX, MOBILIER, OBJETS D'ART

Une extraordinaire diversité de talents et un voyage dans le temps et à travers le monde, de la France de Mazarin à celle de l'Art Nouveau, des Flandres à la Chine et au Japon, à la découverte d'artistes inspirés : orfèvres, peintres, maîtres verriers, céramistes, menuisiers, ébénistes…

Les quelques 300 pièces réunies par Maître Carole Jézéquel et ses experts pour la vente de Rennes Enchères, dimanche 27 novembre à 14 h, démontrent avec éclat que « l'art est la fleur de la sensibilité humaine ». (Wackenroder)

Pierre-Antoine PATEL
attribué à
(Paris 1648-1707)
N°65

« Agar, Ismaël et l'ange au désert »
Huile sur toile, porte une signature dans les rochers

50x68cm

2000/3000€


Dans le Paris de Mazarin puis de Louis XIV, les tableaux de paysage sont très goûtés des collectionneurs désireux de s'évader des affaires de la cité. En 1646, Nicolas Lambert de Thorigny commande pour le cabinet de l'Amour de son hôtel particulier de l'île Saint-Louis treize paysages signés des meilleurs artistes du moment : Asselijn, Swanevelt, Pierre Patel, Mauperché. Des paysages idylliques peuplés de bergers ou de scènes bibliques, parfois agrémentés de ruines. Une nature rêvée, idéalisée, source de quiétude intérieure.

Le tableau de Rennes Enchères est attribué à Pierre-Antoine Patel (1648-1707), fils de Pierre (1605-1676) : un paysage forestier et biblique. L'ange du Seigneur apparaît à Agar, servante d'Abraham et lui indique le puits qui sauvera son fils Ismaël. Les feuillages
verts et roux, le passage des premiers plans noyés dans l'ombre aux ocres chauds des rochers puis aux lontains bleutés dans la fine lumière de l'arrière-plan, sont bien dans la tradition des Patel.

André-Fernand THESMAR
1843-1913
N° 98


Rare et précieuse petite coupe ronde
montée en or, en plique à jour,
émaillée polychrome d'une coccinelle, de branches
fleuries jaune, vert, rouge grenat sur fond blanc légèrement givré
Sous le talon, orné de fleurs de lys comme le col,
monogramme de Thesmar et date de 1908
Haut.3,5cm - Diam.7cm. Poids brut : 36g

12000/15000€

Une forme joliment évasée, très pure, un décor émaillé d'inspiration florale et une technique incomparable, portée à la perfection : le
« plique à jour ».
Voilà ce qui fait le prix de la coupe signée André-Fernand Thesmar, très rare sur le marché de l'art ! Ses oeuvres sont conservées dans les musées (Walters Art Museum de Baltimore,Toledo Museum of Arts…)
Peintre émailleur français, remarqué par le fondeur Barbedienne dès 1872 puis par la Manufacture de Sèvres, il s'est fait un nom dans le travail de l'émail sur cuivre et surtout du plique à jour à partir de 1890. Cette technique très ancienne venue de Byzance, connue sous le nom d'émail clair au XIIIe siècle, s'apparente à celle du cloisonné mais sans fond métallique dans son état final. Il est retiré après cuisson, la fine résille d'or maintenant à elle seule les émaux, de manière à laisser passer la lumière du jour. Les pliques à jour aux émaux translucides et scintillants sont très rares en raison de la complexité de la technique et de leur extrême fragilité d'où des pièces de petit format : coupes, plaques décoratives ou bijoux comme le fit Thesmar pour Vever à Paris.
La coupe présentée par Rennes Enchères, provenant d'une demeure de la région de Rennes est une très belle illustration de son talent, de la finesse et de la poésie de ses créations toujours inspirées par la nature, dans le Paris de l'Art Nouveau.


Mathurin MEHEUT
N° 99


Partie de service à décor de poissons et crustacés sur fond crème, l'aile à filets bleus,
bleu marine et jaune (plat long, plat rond, soupière, neuf assiettes creuses, onze assiettes plates)

2500/3000 €

Une curiosité insatiable, un sens aigu de l'observation, un excellent coup de crayon ! Dessinateur, peintre, décorateur, céramiste, Méheut a tenté toutes les expériences ! La Bretagne et la mer nourrissent son inspiration. A Roscoff, il réalise des centaines de dessins, matière à l'ouvrage publié en 1913 : « Étude de la mer, faune et flore de la Manche et de l'océan » et à plusieurs services de table exécutés à la manufacture Henriot à Quimper : crabes, homards, coquilles Saint-Jacques, hippocampes, étoiles de mer, raies, plies, turbots … 12 motifs stylisés d'un trait vigoureux ! Dessiné en 1919, le service « la mer » a donné lieu à plusieurs versions. Il a contribué au succès de la maison Henriot : cinq médailles d'or à l'exposition des arts décoratifs de 1925 !


Secrétaire en marqueterie florale
N° 200

sur fond satiné et entourage d'amarante.
marqueterie de bouquets de branches fleuries et feuillagées noués par des rubans.
Il ouvre à un abattant et deux portes,
intérieur à six petits tiroirs galbés et cases.
Dessus de marbre de griotte des Flandres Epoque Louis XV
Haut. 113 cm - Larg 102 cm-Prof.39 cm

6000/8000€

Le Siècle des Lumières, celui de Diderot, Rousseau, Voltaire et des salons littéraires inspire aux ébénistes de Louis XV de nombreux meubles à écrire : bureau plat, « en pente » ou « à dos d'âne », « à la Bourgogne » ou « à la capucin », bureau « à cylindre » et « secrétaire en armoire ».
Inventé au milieu du XVIIIe siècle pour soustraire au regard lettres et papiers importants, le « secrétaire en armoire » placé dos au mur commence une longue carrière. Il se compose d'un bâti divisé en deux ou trois parties : un tiroir en doucine dans la partie supérieure pour les modèles en hauteur, un abattant ouvrant à 90° maintenu par des compas de métal et découvrant tablette et tiroirs, des vantaux dissimulant parfois un coffre d'acier. Fonctionnel, il est toujours élégant : un dessus de marbre, une façade et des côtés qui se prêtent au décor en ces temps où la marqueterie triomphe !


N° 212 Exceptionnel bureau
en acajou et placage d'acajou

Plateau recouvert d'un cuir à vignette dorée.
Ouvre à trois tiroirs en ceinture et présente deux tirettes latérales. Piètement arqué à base pleine moulurée terminée par des griffes de bronze.
Marque au cachet LESAGE
rue Grange Batelière n°2 à Paris.
Epoque Empire
Haut.78,5cm - Larg. 113,5cm - Prof. 65 cm

8000/10000 €

Meubles en bois indigènes ou exotiques, bronzes, pendules, candélabres … exécutés par les meilleurs artistes du moment ! Dès l'Empire, Antoine-Nicolas Lesage (1784-1841) se spécialise dans l'ameublement et la décoration haut de gamme. Négociant et non marchand comme le précise en 1823 l'inspecteur du Garde Meuble royal, Veytard, il ouvre son premier magasin en 1812 à Paris, 2 boulevard des Italiens. Le succès aidant, il en crée un second, « L'Union des arts , 2 rue Grange Batelière, transféré en 1837 rue de la Chaussée d'Antin. En 1841, son inventaire après décès révèle les noms de quelques ébénistes qui lui étaient chers : Remond et Janselme. Avant cette date, des commandes importantes pour le Garde Meuble de la Couronne, les châteaux des Tuileries et de Saint-Cloud. Et d'illustres clients : la Duchesse de Berry, Louis-Philippe…
D'époque Empire, ce bureau annonce par son gracieux piètement les meubles choisis sous la Restauration par la Duchesse de Berry pour ses appartements des Tuileries immortalisés par une aquarelle de Garneray.


N° 238 Très importante garniture de cheminée en bronze doré et argenté

Pendule surmontée d'une Diane Chasseresse
Mouvement inclus dans la base de marbre rouge, ornée d'une frise d'enfants dans le goût de Clodion.
Cadran signé Lemerle et Charpentier
bronziers à Paris. Vers 1880 Candélabres à six bras de lumière
Pendule : Haut. 73 cm
Candélabres : 87,5 cm

2000/2500 €

La garniture de cheminée connaît un grand succès au XIXe siècle et cela dès le Premier Empire avec Thomire et Gouthière, pour triompher au Second. La physionomie des cheminées d'alors s'y prête. Plus de hotte apparente mais une large et longue tablette. On y dispose de part et d'autre d'une pendule à sujet allégorique ou mythologique, d'imposants candélabres. Horlogers, marbriers, bronziers, ciseleurs, doreurs unissent leurs talents pour le plaisir des yeux ! Essentielle à la décoration du salon, la garniture de cheminée est l'un des symboles de la réussite sociale, parfois offerte en cadeau de mariage tel l'élégant modèle présenté par Rennes Enchères, resté
dans la même famille de la région de Rennes depuis son acquisition.

A REMARQUER AUSSI

L'orfèvrerie du XVIII e siècle dont une paire de flambeaux en argent du maître orfèvre nantais René Bridon, 1786 ( n°3 : 2500/3000€), des vases d'Emile Gallé ( n°92 : 2000/3000 € ), des assiettes en porcelaine de Chine à décor polychrome ornées d'armoiries ( n°122 : 600/1000 € ), une très belle tapisserie des Flandres en laine et soie du XVIIe siècle figurant un bal masqué ( n°228 : 5000/6000 €)… Et un souvenir émouvant : un ensemble de couverts d'argent déformés par la chaleur provoquée par le terrible bombardement de Bruz dans la nuit du 7 au 8 mai 1944 !


Gwénaëlle de Carné


EXPOSITIONS PUBLIQUES
Vendredi 25 novembre de 15 h à 18 h
Samedi 26 novembre de10 h à 13 h et de 15 h à 18 h
Dimanche 27 novembre de 9 h 30 à 11 h