En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. Cliquez ici pour en savoir plus.

BIJOUX - MONTRES - BAGAGERIE

Retour

VENTE DU lundi 25 mai 2015

VENTE DU LUNDI 25 MAI 2015

BIJOUX, MONTRES, BAGAGERIE, MODE

Bijoux, montres, bagagerie de luxe, accessoires de mode... Un savoir-faire unique, des secrets jalousement gardés et transmis comme autant de trésors par de véritables artistes : Van Cleef et Arpels, Chaumet, Hermès, Vuitton, Chanel, Dior, Saint-Laurent... ambassadeurs de l'art de vivre à la française !
Maître Carole Jézéquel rendra hommage à leur talent à l'occasion de la vente de Rennes Enchères lundi 25 mai à 14 h, placée sous le signe du raffinement et de l'élégance.

BIJOUX

N° 94 VAN CLEEF

Bague exceptionnelle en or jaune!
Diamant taille coeur 2, 68 carats!
Couleur G, pureté S 12 certifié par!
le laboratoire français de gemmologie!
entouré de 5 diamants baguettes
Estimation : 15000/20000 €



Une belle histoire d'amour et une passion commune pour les pierres précieuses. En 1895, Alfred Van Cleef, fils d'un diamantaire épouse Estelle Arpels, fille d'un négociant de pierres précieuses. Très épris l'un de l'autre, ils ont les mêmes goûts, le même sens de la famille et le désir ardent de faire fructifiuer leurs talents. En 1906, Alfred Van Cleef s'associe à Charles Arpels, frère d'Estelle, qui préside déjà aux destinées de la boutique du 22 place Vendôme à Paris. Ainsi naît la maison Van Cleef et Arpels. Les deux joailliers, vite rejoints par d'autres membres de la famille se font remarquer pour leur excellence, leur sens de l'innovation et la richesse de leur inspiration. Succès attesté par de prestigieuses commandes au XXe siècle : la parure de fiançailles de Grace Kelly, la couronne et le collier d'émeraudes de Farah Pahlavi, impératrice d'Iran...

En souvenir de l'amour indéfectible que se portaient Alfred et Estelle, de nombreux bijoux ont été créés sur ce thème : en 1920 le clip «les inséparables» et plus récemment cette bague exceptionnelle en or jaune rehaussée d'un diamant de 2,68 carats taillé en cœur et épaulé de 5 diamants baguettes. La «taille coeur» est composée de 59 facettes. Quel beau symbole d'amour et de vie pour sceller l'engagement de deux êtres promis l'un à l'autre !

N° 146 SAUTOIR OR ET EMERAUDE

Chaîne maille torsadée formant pendentif, rehaussé d'une émeraude cabochon
Estimation : 6500/7000 €

Emeraude, du grec smaragdus. Le nom de cette pierre viendrait d'un vieux mot persan signifiant «coeur de pierre». Très prisée des Incas et des Aztèques, elle le sera encore plus des maharadjahs. Voilà pourquoi aujourd'hui encore, Jaipur est l'un des grands centres de la taille des émeraudes avec quelques 100 000 lapidaires : taille en «émeraude» ( rectangle ou carré à pans coupés), taille en «poire» ou en ovale sans oublier les cabochons non pas taillés mais doucement arrondis et merveilleusement polis. Le sautoir présenté par Rennes Enchères est exceptionnel ! La chaîne en or jaune, maille torsadée formant pendentif dessine un «huit» enserrant une superbe émeraude en cabochon rehaussée d'un motif feuillagé en or ciselé.
Une parure digne d'une maharani !



N° 76 IMPORTANTE BAGUE EN TANZANITE

montée sur or gris entourée d'arabesques de diamant
Estimation : 2500/3500 €

On connaît l'émeraude, le diamant, le saphir, le rubis, l'améthyste, la topaze... On connaît moins la tanzanite, une pierre d'exception !
Dans les années 60, au lendemain d'un violent orage dans les collines de Merelani, non loin du Kilimandjaro en Tanzanie, les Massaï découvrent émerveillés, dans le sol raviné, des pierres bleues aux reflets violacés d'un éclat comparable à celui du cristal. Les pierres sont identifiées par le GIA, le Gemmological Institute of America, une référence en matière de gemmologie. Verdict : une variété de zoïsite inconnue jusque alors, celle-ci étant habituellement de couleur brunâtre. Enthousiasmé, le joaillier de la maison Tiffany la rebaptise «tanzanite» en hommage à leur unique lieu d'extraction sur 20 km2. Ce filon s'épuisera d'ici peu, c'est dire le prix de cette bague en or gris sertie d'une tanzanite très pure entourée d'arabesques de diamant du plus bel effet !


BROCHES

N° 43, n° 77, n°101, n°95, n°41

Dérivée de l'antique fibule, la broche se porte de mille façons : classique sur le revers d'une veste, décalée sur l'épaule, piquée sur un drapé, une écharpe ou un chapeau. Elle donne toujours du chic !
La forme l'emporte souvent sur la matière, ce qui n'empêche pas les joailliers d'accorder le pus grand soin au choix des pierres, des émaux, des montures d'or, d'argent ou de platine telle cette broche majestueuse dessinant un noeud (n°43 : 5000 / 5500 €) entièrement sertie de diamants taille ancienne dont le plus beau atteint 1,8 carats. Ou cette autre figurant une corne d'abondance sur un pavage de diamants taille ancienne montés sur or gris ( n° 77 : 2000 / 2500 €)

L'Art Déco révolutionne l'art de la parure. En témoignent les créations de René Lalique, Raymond Templier, les uns inspirés par la nature, les autres par la géométrie. La broche est alors un bijou à la mode, tel ce très beau modèle, typique des années 30, orné au centre de 3 diamants en ligne demi-taille entourés d'un pavage de diamants aux motifs asymétriques ajourés (n° 101:
1800 / 2200 €)
.

Très appréciées aussi les broches inspirées du règne animal. La célèbre maison Chaumet a créé au XXe siècle plusieurs broches en forme de tortue : carapace en calcédoine ponctuée de perles d'or, yeux sertis de petits diamants roses sur une monture d'or ciselé (n° 95 : 1400 /1800 €).
Une curiosité : les broches en micro-mosaïque. Cette technique est mise au point à Rome en 1775 dans les ateliers de Giacomo Raffaelli (1753-1836) : de minuscules fragments d'émail coloré ( «smalti filati») de l'épaisseur d'un cheveu ! Elle connaît un vif succès entre la fin du XVIIIe et le début du XXe et bien des touristes sont venus choisir dans les boutiques de la Place d'Espagne : plaques décoratives figurant des vues de Rome, portes de tabernacle (comme celui de la cathédrale de Rennes qui figure un pélican), boîtes à priser, colliers, bagues, broches telle cette création du XIXe ornée d'oiseaux inspirés de la mosaïque des colombes du musée du Capitole (n° 41 / 500 / 600 €).


MONTRES

A défaut d'arrêter la marche du temps, le mesurer est l'espérance d'en disposer au mieux. Au choix des montres de précision pour dame et pour homme (Jaeger-Lecoultre,
Baume-Le Mercier, Longines, Péguinet, Oméga... ) ainsi qu' une incroyable collection de montres Swatch. Pour les nostalgiques d'un autre temps, cette charmante montre de poche en or rose à remontoir au pendant, boîtier monogrammé, cadran en émail blanc à chiffres romains, trotteuse à 6 h, mouvement mécanique, échappement à ancre, balancier métallique coupé, spiral Bréguet en état de marche ! (n° 181 : 400 / 500 €)


HERMES, VUITTON, CHANEL, DIOR...

Hermès, Vuitton, Chanel, Dior, Saint-Laurent... Ces grandes maisons sont les emblèmes du luxe à la française.
Lancé en 1937 par Robert Dumas, le Carré de soie Hermès personnifie à lui seul la maison fondée 100 ans plus tôt par Thierry Hermès alors spécialisé dans la sellerie. Le premier carré s'intitulait «l'Omnibus des Dames blanches». Ce foulard en soie, coupé en carré, se doit d'être conservé dans sa boîte d'origine de couleur orange, siglée d'une calèche. Il séduit toujours autant par sa douceur, l'éclat de ses couleurs et l'extraordinaire diversité des thèmes : le monde équestre avec «Brides de gala», «Jumping», «les robes des chevaux» (n° 264 : 80 / 120 €), « Promenade à Longchamp» (n° 268 : 80 / 120 €), les décors exotiques ( «Kilim», «perle de Kenya»), l'épopée napoléonienne, les animaux (n° 283 : «la clé des champs» en soie damassée à décor d'oiseaux signé F.R. Façonnet :
100 / 120 € )
...

Illustre maison aussi que que celle de Louis Vuitton, layetier-emballeur-malletier, créateur en 1852 du nécessaire de voyage de l'impératrice Eugénie, attentif à l'évolution des transports et à l'essor des voyages, au point d'inventer la fameuse malle plate, beaucoup plus pratique que la malle bombée. En 1888, pour mettre fin aux contrefaçons, il crée une toile imperméable beige et brune portant l'inscription «Marque Louis Vuitton déposée». En 1896, son fils Georges met au point la célèbre toile enduite, résistante et légère portant le monogramme LV. Monogramme devenu l'emblème de la maison et qui fleurit sur toutes sortes de bagages et de sacs tel ce sac cabas en toile monogrammée et cuir naturel (n° 318 : 300 / 400 €) aussi pratique qu'élégant !
De Dior, le sac « Lady Di» en cuir vernis chocolat en très bon état (n° 317 : 400 / 500 € ), de Chanel, Pierre Cardin, Céline, Saint-Laurent, des sacs, de jolis bijoux (colliers, boucles d'oreilles, clips...) des accessoires de mode et de beauté !