En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. Cliquez ici pour en savoir plus.

ARTY

Retour

VENTE DU lundi 16 mars 2015

DESIGN ET ART CONTEMPORAIN

Des pionnières! En 2003, Carole Jézéquel, commissaire-priseur, et Katy Criton, expert en design, faisaient sensation en lançant à Rennes les premières ventes aux enchères de design et d'art contemporain. Sous l'appellation «Arty» et au rythme de 3 ventes annuelles.

DESIGN

Au programme de la vente de lundi 16 mars à 14 h, quelques grands noms du design international, dont Charlotte Perriand (1903-1999).

En 1927 au Salon d'Automne, Le Corbusier remarque son «bar sur le toit» et ses meubles métalliques conçus dans l'esprit du Bauhaus. Séduit par son audace, il lui confie en 1928 «l'équipement mobilier» des villas La Roche à Paris et Church à Ville d'Avray. Avec Pierre Jeanneret, elle conçoit le fauteuil «Grand Confort», la célèbre chaise longue B 306, la table «tubes d'avion», présentés au Salon d'Automne en 1929. La même année, qualifiée de «métallique», elle rejoint l'UAM (l'Union des artistes modernes) avec ses deux mentors. Tous, architectes, designers, graphistes, sculpteurs... défendent l'idée d'un art fonctionnel, dépourvu d'ornements, résolument moderne dans ses formes et ses matériaux !

Paire de fauteuils «Bauche», 1935

N° 14 Charlotte PERRIAND (1903-1999)

Paire de fauteuils «Bauche», 1935
Bois naturel et paille
Dim: 79x65x55
Estimation : 4000 / 6000 €

En 1935, avec Le Corbusier, Louis Sognot et René Herbst, Charlotte Perriand conçoit pour l'Exposition internationale de Bruxelles, «la maison d'un jeune homme de 1935», «sportif et cultivé». Deux espaces séparés par un mur-filet et une fresque de Fernand Léger : une salle de gymnastique aménagée par Herbst (avec rameur, trapèze, cordes, anneaux, punching-ball et la fameuse chaise en sandows) et une pièce d'étude équipée par le trio Le Corbusier, Jeanneret et Perriand. Mot d'ordre : un mobilier épuré et des matériaux naturels. C'est ainsi que les fauteuils «Bauche» créés par Perriand voient le jour.

Rennes Enchères en présente une paire ( n° 14: estimés 4000 / 6000 € ). Ni tubes d'acier chromé, ni structure en porte-à-faux, ni piètement en traîneau : quatre montants en ... sapin, des accoudoirs et des entretoises très simplement tournés, un dossier et une assise en paille tressée, d'où leur nom de «Bauche», allusion aux herbes de marécage utilisées dans le tressage traditionnel.

Ces fauteuils à contre-courant du design fonctionnel des années 30 rappellent le goût de Charlotte Perriand pour la nature, sa passion pour la montagne et un artisanat ancestral, celui du bois. Elle s'en souviendra pour les chalets de Méribel et la station de sports d'hiver des Arcs dont elle sera l'architecte à partir de 1962.

N° 25 Harry BERTOIA (1915-1978)

4 tabourets de bar, 1952
Structure en maille de fil d'acier chromé
Galette d'assise en skai blanc
Edition Knoll
Estimation 1500 / 1800 €

«La fonction engendre la forme», ces mots de l'UAM sont connus mais tout découle des matériaux et de leur mise en forme. Si les designers du Bauhaus donnent le mouvement, suivis de près par les Français, ils sont vite concurrencés par les Scandinaves et les Américains.

Le sculpteur Harry Bertoia connu pour ses créations en filigrane de treillis métallique conçoit en 1952 les premiers sièges moulés dans cette matière, «des études de lignes et de métal dans l'espace» à l'image des 4 tabourets de bar proposés par Rennes Enchères, dessinés la même année ( n° 25 : estimation 1500 / 1800 €).

4 tabourets de bar, 1952


Ensemble table ovale, piètement tulipe en métal, plateau verre fumé

N° 57 : Ensemble table ovale avec 4 chaises pivotantes

Ensemble table ovale, piètement tulipe en métal, plateau verre fumé
Avec 4 chaises pivotantes, piètement tulipe en métal chromé
Circa 1970
Estimation : 1200 / 1500 euros

En 1956, la révolution du plastique conduit Saarinen à concevoir des coques en plastique blanc moulées d'un seul tenant et à piètement unique à l'exemple de sa fameuse chaise «tulipe».

Il fera bien des émules à en juger par cet ensemble des années 70 : une table et 4 chaises pivotantes à piètement en tulipe, version métal chromé ( n° 57 : estimation 1200 / 1500 €).


N° 113 PARSY et DEBONS

«Roots» 2004
Chaise en carton, série limitée
Estimation n° 253 : 200/ 300 €

Place au carton avec le duo Parsy-Debons (Grégory et Camille), diplômés des Beaux-Arts de Rennes. L'expérimentation est au coeur de leur démarche. Ils conçoivent, testent et réalisent tout eux-mêmes : pièces uniques ou en série limitée. Avec toujours le même plaisir à apprivoiser la matière ! Un exemple : la chaise baptisée «roots» ( n° 113 : estimation 200 / 300 €), manière de revenir aux racines du design et à la notion de prototype.

Constituée de lamelles de carton découpées et contrecollées, elle est très résistante et décorative avec ses volutes baroques en écho à une autre de leurs créations : le lustre «cocorock», façon Grand Siècle, en carton multicolore.

Chaise en carton


ORFÈVRERIE DESIGN

Importante ménagère, 65 pièces en argent

N° 20 Henning KOPPEL (1918-1981)

Pour George JENSEN
Importante ménagère, 65 pièces en argent
Estimation : 2000 / 3000 €

Au XX e siècle, les grandes maisons de design, telle l'illustre Jensen (fondée à Copenhague en 1904 par l'orfèvre Georg Jensen) font appel aux artistes les plus novateurs.

Ainsi le Danois Henning Koppel, sculpteur de formation, issu de l'Académie royale de Copenhague se fait-il remarquer en 1957 pour le service «Caravelle» : 65 pièces en argent massif aux lignes étonnamment modernes, à la fois épurées et généreuses ( 8 fourchettes, 8 couteaux , 8 couverts à poisson, 8 couteaux à fromage, 8 cuillers à dessert, 12 fourchettes à dessert, 1 cuiller à sauce, 1 couvert de service à poisson, 1 couvert de service à viande ). Environ 2675 g d'argent !

Un ensemble original d'une facture soignée, idéal pour rehausser une table contemporaine !


ART CONTEMPORAIN

N° 86 François BOISROND

«Contractuelle en action»
Acrylique sur carton
Signée FB, datée 93
Estimation : 3500 / 4000 €

Une belle palette de sensibilités et toutes les formes d'expression : «readymade» avec le billet de 2 dollars signé Andy Warhol (n° 61 : 3000/3500 €), peinture avec l'amusante «contractuelle en action» de François Boisrond, proche de la Figuration libre ( n° 86 ), sérigraphie de Ben, «Pourquoi écrire» (n° 103: 600/800 €), sculpture animalière avec le «coq»en bronze de Michel Audiard, 2012 (n° 145 : 4000/5000 €, signé et numéroté 3/8), le dinosaure de Philippe Berry, 2014 (n°131, sculpture en résine et projection d'argent, 4500/5000 €) et le crocodile de Richard Orlinski ( n° 101).

Contractuelle en action


Sculpture en résine noire

N° 101 Richard ORLINSKI

«Born wild»
Sculpture en résine noire
Estimation : 3000 / 5000 €


N° 80 GAROUSTE ET BONETTI

Vase en résine turquoise
Estimation : 3000 / 3500 €
Pièce unique signée, cachet BG en creux

A noter aussi les créations de Garouste et Bonetti : un vase en résine turquoise à décor de flammes dorées, une pièce unique (n° 80) ! Du même duo, des poignées de portes et des plaques de serrures en bronze doré (n°79 : 1200/1800 € ).

De Catherine Brisset : des sculptures mi-figuratives, mi-abstraites et des stèles en acier (n° 153 : «Grande», 2014 : 1200 /1800 € )... Et bien d'autres créations originales tel l'aquarium... à papillons de Francis Guerrier (n° 114 : 2000/2500 €) !

Vase en résine turquoise